Littérature Afro ⭐

Le Gôbi

Le Gôbi : un complément vestimentaire chez certains peuples en l’Afrique Occidentale

Le Gôbi, pour ceux qui ne le savent pas, il s’agit d’un couvre-chef masculin généralement confectionné à base de pagne tissé, brodé ou non. Lorsque porté, le Gôbi laisse un espace vide entre le sommet de la tête et son extrémité supérieure. Cet espace vide est modelé pour être orienté dans différentes directions (gauche, droite, en avant ou en arrière du porteur).

 

Un complément vestimentaire

Le Gôbi est souvent porté sur les vêtements traditionnels comme le Boum Bâ (ou Bohounba), le Agbada, grand boubou traditionnel des peuples de l’Afrique Occidentale et Centrale, sur le Dhan chiqui ou sur le Jalabu. Autrefois, symbole d’appartenance à certaines aires culturelles au Togo, Bénin et au Nigeria, cet élément vestimentaire est aujourd’hui plus qu’esthétique que sociale. Néanmoins, il n’est pas rare aujourd’hui d’entendre certains de décrire le Gôbi comme une pièce d’identité culturelle du Bénin ” en général et des hommes ressortissants de la région de Porto-Novo en particulier.

Selon la littérature, «symbole de prestance, indispensable à toute cérémonie, le Gôbi est à l’origine un accessoire caractéristique des Gouns de la région de Porto-Novo au Sud du Bénin et des Baatonous, population du Nord du  pays. De forme cylindrique, souple et parfois orné de codes, ce bonnet est un marqueur social qui véhicule de messages, selon la façon dont il est porté. » À l’origine, il était utilisé par les ministres du roi (dans le royaume de Porto-Novo) plus précisément par celui qui s’occupait de ses affaires occultes (Mitô Apklogan) pour cacher ses amulettes. Mais aussi un objet de marquage sociale car pour les grandes réjouissances du roi, les ministres et privilégiés du roi devraient porter le Gôbi.

Le Gôbi fièrement sur la tête d’un jeun Afro-canadien.

Crédit photo: Sovi

Un instrument de communication codée

Selon l’universitaire  Charles Dossou Ligan, cité par le journaliste Fiacre Vidjingninou, lorsque le bout du bonnet est rabattu du coté de l’oreille gauche, il souligne « le privilège » (c’est-à-dire respect dû à celui qui le porte). Rabattu vers l’oreille droite, il traduit « la joie de vivre » (position dominante lors des fêtes et réjouissances). Balancé en avant (vers le front), il exprime « la volonté d’aller de l’avant » ou « l’assurance de venir à bout d’un problème » (position affichée lors de négociations ou de médiations). Rabattu sur la nuque, il joue la provocation et marque l’indifférence face aux critiques.

D’autres personnes rencontrées à Porto-Novo, la ville capitale du Bénin, rapportent que lorsque la pointe du chapeau est dirigée vers la droite, le Gôbi, indique qu’on est riche; vers la gauche, qu’on a une vie sociale moyenne et vers le devant, qu’on garde sa condition de vie secrète.

Le Gôbi à extrémité orientée vers la gauche.

Crédit photo: Sovi

Le Gôbi à extrémité orientée vers l’avant.

Crédit photo: Agence Bénin Presse

L’ex-président nigérian Obasanjo dans sa Gôbi à extrémité orientée vers la gauche. Photo: Premium times

Chez les Baatônous, l’orientation de la pointe du couvre-chef a d’autres significations. « Tourné vers la droite, le Gôbi signifie que l’on est orphelin de père et, tourné vers la gauche, que l’on est orphelin de mère, explique l’historien Léon Bani Bio Bigou. Lorsque son porteur atteint une certaine “maturité sociale” et que ses parents sont vivants, le Gôbi devrait en principe être orienté vers le haut. Enfin, la position vers l’arrière est réservée aux chefs, elle veut dire qu’ils sont au sommet et n’ont rien à prouver. »

Si tout le monde est d’accord sur la fonction sociale et de communication codée de ce complément vestimentaire, il est important de rappeler que la signification des orientations de l’extrémité du bonnet varie d’un milieu à l’autre et dans un même milieu, les significations sont parfois contradictoires et peuvent être fonction de la stratigraphie sociale des utilisateur du Gôbi. Par exemple,  pour Guy Tagnon, couturier styliste exerçant à Ouando dans la ville de Porto-Novo, cité par Sébastien Woinsou, “ l’originalité du Gôbi réside dans la position que seul l’initié est censé maîtriser. Lorsque le chapeau est dirigé vers la droite, le porteur traduit combien il est élégant, beau et mérite d’être classé parmi les hommes de valeurs. C’est la position la mieux indiquée pour les événements festifs ou les réjouissances. Quant à la position orientée à gauche, elle symbolise la noblesse et traduit l’expression des sentiments les plus vifs comme l’amour. L’expression de l’autorité et du pouvoir transparaît lorsque le Gôbi est relevé tout droit sur la tête. Cette position permet au porteur d’attirer plus d’attention sur lui et de se faire distinguer sans gêne. Par ailleurs, lorsque le chapeau est dirigé vers l’avant, comme l’indique la photo ci-dessus, le porteur laisse lire l’évolution ; c’est une posture progressiste.

Le Gôbi comme symbole du défi

D’autres estiment que le Gôbi, dans l’orientation de son extrémité, c’est aussi le symbole du défi. Dans la position orientée vers l’arrière, le porteur du Gôbi marque plutôt la défiance. Cette position est plus adoptée dans les différends pour ainsi dire à son adversaire qu’il est laissé à la nuque avec ses tentatives. C’est aussi fait pour se passer des médisances comme pour dire “les chiens aboient, la caravane passe”.

L’ex-président nigérian Obasanjo dans sa Gôbi à extrémité orientée vers la gauche. Photo: Premium times

Comme on le voit, le Gôbi, au-delà de sa fonction sociale qui aujourd’hui importe peu pour la nouvelle génération, c’est sa fonction d’élégance qui est recherchée et prisée.  A cet effet, il est devenu plus qu’un chapeau. Et les stylistes l’ont adopté et l’ont ajouté à leurs créations. Présent dans tous les styles, il souligne l’élégance et séduit. Néanmoins, il reste et demeure le chapeau traditionnel qui en dit long sur les origines ethniques et sociales ainsi que sur l’appartenance à une lignée royale que ce soit au Bénin, au Togo ou au Nigéria.  

 

Sovi L. Ahouansou

Source : 

https://www.jeuneafrique.com/mag/899736/societe/au-benin-les-codes-complexes-gobi/

https://kayamaga.com/afrique-culture-port-du-gobi-plus-quun-chapeau-cest-une-affirmation-de-soi/

https://www.oronceberenger.com/le-gobi-tous-les-codes-de-ce-chapeau-africain-partie-i/

https://www.lerevelateurpu.info/wp-content/uploads/2020/11/199-de-novembre-2020.pdf

http://agencebeninpresse.info/web/

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Scroll to Top